À la recherche de(s) histoire(s) des lieux. La mémoire et le temps dans Easy Rider de James Benning

Article sur le site de l’Université Pompeu Fabra

Article en espagnol (pdf)

 

 

Résumé

En 2012, James Benning, vétéran du cinéma structuraliste américain, a réalisé un très personnel remake du classique de 1969 dirigé par Dennis Hopper, Easy Rider. Le film de Benning, de dispositif radical, consiste en une approche critique de l’œuvre originale et établit un discours sur la relation entre le paysage et le temps, entre le paysage et la mémoire. A partir de de l’observation prolongée des mêmes paysages que dans le film de référence n’étaient que l’arrière-plan, Benning explore le souvenir que détiennent les espaces contemporains de la surmodernité et prend la mesure des ruines du mouvement américain de la contre-culture dont Easy Rider fut l’emblème.