Warning: The magic method WPML_Absolute_Url_Persisted::__wakeup() must have public visibility in /customers/9/6/c/galahernandez.com/httpd.www/wp-content/plugins/sitepress-multilingual-cms/classes/url-handling/resolver/wpml-absolute-url-persisted.php on line 30 CINEMA ft. Gilets Jaunes – On vient te chercher chez toi (Remix) * CINEMA ft. Gilets Jaunes – On vient te chercher chez toi (Remix) | Gala Hernández

Play

CINEMA ft. Gilets Jaunes - On vient te chercher chez toi (Remix)

Reconstitution vidéo d’une communication performée réalisée avec l’artiste Seumboy Vrainom :€ lors du colloque international Manifestations politiques au cinéma. Continuités, ruptures, détournements de l’expérience contestataire, organisé par Camille Bui et Raphaël Jaudon à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le 31 janvier et le 1 février 2020 (initialement prévue pour les 6-7 décembre 2019).

Avec l’artiste et activiste Seumboy Vrainom :€, nous avons parcouru en direct le contenu généré par les utilisateurs de YouTube en rapport avec les Gilets jaunes et le cinéma. Plus précisément, nous avons cherché à explorer comment l’iconographie des blockbusters hollywoodiens a été appropriée, remixée et déclinée par les sympathisants du mouvement dans différentes vidéos en ligne adoptant, entre autres, la forme de bandes-annonces de cinéma. Nous étions également intéressés par la comparaison de ces contenus vernaculaires avec le traitement accordé au mouvement par les médias de masse, notamment en ce qui concerne la linéarité (ou non) de sa narration.

Présentation du colloque: « Des Printemps arabes au mouvement des Gilets jaunes, les années 2010 ont vu surgir sur toute la planète de grands mouvements de contestation populaire. Dans l’irréductible diversité de leurs fins et de leurs destins, ces mobilisations ont donné l’occasion de ressaisir l’importance du rassemblement, comme forme d’expression politique « qui n’est pas réductible aux revendications et aux discours tenus par les acteurs » (Butler). Ce qui se joue dans la rue, sur une place, lorsqu’une foule manifestante se rassemble, c’est une lutte symbolique pour l’occupation du visible (Rancière), acte par lequel un peuple qui n’était pas pris en compte s’invente en se donnant à voir et à entendre : en se mettant en scène. Ce colloque propose de réinterroger les manières infiniment diverses qu’a eu le cinéma de créer des analyses, mémoires et imaginaires pluriels – voire concurrents – de l’expérience de la contestation politique. Ce, à partir de la manifestation en tant qu’objet ou motif qui traverse l’histoire et les genres du cinéma, autant que l’histoire sociale. »